Vidéo 06 L'évolution culturelle est-elle la fin de l'évolution biologique ? E HEYER

2082

À propos de cette vidéo

  • Publié le 8 novembre 2010
  • L HOMME PEUT IL S ADPATER A LUI MEME : Physiologie

Evelyne HEYER Professeur d‟anthropologie génétique au Muséum National d‟Histoire Naturelle. Génétique des Populations Humaines UMR 7206 CNRS-UPMC-MNHN

Modérateur: Bernard SWYNGHEDAUW Directeur de Recherche Inserm, Président de la Fédération des Sociétés Européennes de Physiologie (1999-2000)


Il est souvent entendu que l‟Homme moderne est « dénaturé » : il n‟est plus soumis à l‟évolution biologique grâce à sa culture et sa technologie. Nous montrerons à l‟aide de plusieurs exemples qu‟il s‟agit d‟une idée reçue. L‟évolution culturelle ou technologique et l‟évolution biologique sont interdépendantes. Du fait de sa capacité à transmettre des traits culturels et à modifier son environnement, l‟Homme n‟échappe pas à l‟évolution biologique, il change en revanche ce que l‟on pourrait appeler le « théâtre écologique » dans lequel les forces de l‟évolution opèrent. Les exemples seront de deux types : (1) en quoi des pratiques culturelles et leur transmission modifient la répartition de la diversité génétique des populations humaines ; nous prendrons comme exemple l‟importance des langues et des organisations sociales dans la structuration génétique des populations d‟Asie Centrale. (2) En quoi des changements de mode de vie entraînent de nouvelles formes de sélection. Nous illustrerons ce phénomène par deux exemples. D‟une part l‟existence d‟une adaptation, appelée la tolérance au lactose, probablement apparue lors du néolithique et propre à certaines populations consommant beaucoup de produits laitiers. D‟autre part la subfertilité chez les hommes de certaines populations
européennes contemporaines, qui est potentiellement liée aux produits utilisés dans l‟agriculture intensive.

Espace membre

ou

Inscription

ou

Partagez cette page

Langue

Français English